Lait, beurre, kiwi, graines...

Lait, beurre, kiwi, graines...

L'hemochromatose

L'hémochromatose.


Présentation de l'hémochromatose

et des mesures diététiques et nutritionnelles appropriées


L’hémochromatose est une maladie génétique héréditaire qui se caractérise par une surcharge en fer de l’organisme, du fait de l’intestin qui absorbe le fer d’origine alimentaire de façon excessive. Il existe en fait plusieurs formes d’hémochromatose, les unes étant plus graves que les autres. Environ une personne sur trois cent souffre de cette pathologie en France, mais beaucoup ignorent leur hémochromatose

Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
Dans les conditions normales (hors hémochromatose), le surplus de fer d’origine alimentaire est évacué dans les selles. Mais dans le cas de l'hémochromatose, le fer est absorbé de façon excessive, puis il est emmagasiné dans les organes et les tissus, alors même que les besoins de l’organisme en fer sont comblés. Le fer sanguin, en excès, va s’accumuler dans le foie, le cœur et le pancréas, les os, la rate, les muscles... entraînant à terme, une cirrhose du foie, un diabète dit « bronzé », mais également une insuffisance cardiaque

La diététique joue un rôle non négligeable, car elle permet, en diminuant les apports alimentaires en fer, d’espacer les saignées (ou phlébotomies) qui représentent, à l’heure ou ces lignes sont écrites, le traitement le plus fréquemment appliqué et surtout le plus radical, afin de diminuer la teneur sanguine en fer. Des chélateurs de fer sont également utilisés, mais ils ne sont pas utilisés en premiers recours (à cause d’effets secondaires possibles). 

Le fer


Le fer est un constituant indispensable des érythrocytes. Le fer est responsable, en leur sein, du transport de l’oxygène des poumons aux organes. Il se charge ensuite de les débarrasser de leur CO2, qu’il transporte des poumons vers son élimination de l’organisme par l’expiration. 

Les besoins quotidiens en fer dans des conditions normales, sont pour les femmes adultes de l’ordre de 20mg/jour. En période de grossesse, ils sont majorés à 28mg/jour. Pour les hommes adultes, ils sont de 10mg/jour. 

Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
Le fer est un sel minéral que l’on trouve aussi bien dans nos aliments de sources animales, que dans ceux de sources végétales. En effet, il existe deux formes de fer alimentaire : 

- Le fer « héminique » uniquement d’origine animale, qui est apporté par les viandes, les poissons, les œufs, les produits laitiers, ainsi que par les charcuteries, les crustacés, les mollusques, les plats alimentaires à base de viande(s) et/ou de poisson(s) et/ou d’œufs tels des quiches, les pains de poisson, les cordons bleus au jambon, le poisson pané, la levure de bière... Ce fer d’origine strictement animale est très bien absorbé par le métabolisme, en effet, l’intestin l’absorbe pour environ 80% de ses apports alimentaires. 

- Le fer « non héminique » uniquement d’origine végétale, qui est apporté par les légumes verts, les céréales complètes, les fruits, le cacao... Ce fer d’origine strictement végétale est mal absorbé par le métabolisme, en effet, l’intestin l’absorbe pour environ 15% de ses apports alimentaires. 

Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
Grâce à ces informations nutritionnelles, il n’est pas difficile de comprendre que les aliments d’origine animale, seront de loin les plus importants apports alimentaires en fer, et donc, ceux qui seront les plus importants à contrôler dans votre alimentation quotidienne. Alors que les végétaux, même si certains d’entre eux apportent du fer, et même pour certains d’entre eux dans de bonnes quantités, seront toujours moins à risque au cours du traitement diététique de votre hémochromatose

Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
Le fer d’origine alimentaire est absorbé au niveau de l’intestin grêle. Hors hémochromatose, cette absorption du fer est régulée en fonction des besoins de l’organisme. Dans le cas d’une hémochromatose, cette régulation n’est plus possible : il y a alors surcharge sanguine en fer, suivi des complications que l’on connaît. 

Attention : une surcharge en fer ne signifie pas systématiquement une hémochromatose. Un surpoids peut favoriser une surcharge en fer, et une perte de poids de qualité règle très rapidement les symptômes (uniquement hors hémochromatose).

A savoir : la vitamine C favorise fortement l’absorption intestinale du fer alimentaire (le zinc et l’alcool également). Le calcium, le son de blé, la rhubarbe, l’oseille, les céleris (branche, rave), le cacao, le thé, le café, le calcium au contraire, limitent son absorption intestinale.


La vitamine C


Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
La vitamine C est une vitamine hydrosoluble, aussi appelée acide L-ascorbique, elle est sensible à la chaleur (et donc à la cuisson), à l’oxygène et à la lumière. Elle joue des rôles multiples au sein du métabolisme, tout aussi essentiels les uns que les autres : elle stimule le système immunitaire, intervient dans la synthèse des globules rouges et du collagène, joue un rôle antioxydant... mais elle intervient également dans l’absorption du fer qu’elle favorise, et c’est cette faculté de la vitamine C qui ne nous convient pas dans le cadre d’une hémochromatose

L’organisme humain ne sait pas stocker, ni synthétiser la vitamine C. Cette vitamine doit donc être systématiquement apportée par notre alimentation quotidiennement, à hauteur d’environ 60 à 80mg par jour. 

Conseils diététiques et nutritionnels pour l'hémochromatose
Acheter ce livre
Dans le cadre d’une hémochromatose, il n’est pas question de se priver des aliments sources de vitamine C, que sont surtout les fruits et les légumes verts. Il s’agira simplement de ne pas consommer les plus riches d’entre eux à certains repas, et de ne pas surconsommer les autres. 

Donc, le traitement diététique de votre hémochromatose passera par un contrôle strict de vos apports alimentaires en fer, mais également par ceux en vitamine C. 

Il est très important de savoir cependant que la vitamine C joue son rôle au regard du fer alimentaire, que dès lors que ces deux nutriments sont absorbés en même temps. 

A savoir : nous verrons également que les apports alimentaires en calcium sont intéressants, car le calcium joue un rôle inverse de la vitamine C, en limitant l’absorption intestinale du fer d’origine alimentaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous souhaitez commenter ? C est à vous :